Alors que le nombre de cas de coronavirus augmente à nouveau en Europe, les résultats d’une enquête du Pew Research Center réalisée entre juin et août 2020 ont montré que les habitants de la plupart des pays de l’Union européenne approuvaient la manière dont l’UE avait géré l’épidémie de COVID-19 et que ces opinions influaient sur leur vision globale de l’institution.

Le nouveau rapport, basé sur une enquête réalisée auprès de 14 276 adultes dans 14 économies avancées, révèle que dans les huit pays membres de l’UE interrogés, une médiane de 61 % a déclaré que l’UE avait fait un bon travail face à l’épidémie de COVID-19. La cote de popularité la plus élevée a été enregistrée en Allemagne et aux Pays-Bas, où 68 % des citoyens de chaque pays ont salué les efforts de l’UE. Au moins la moitié des personnes dans chaque pays de l’UE interrogé approuvait la réponse de l’UE.

Une médiane de 66 % dans les huit pays membres de l’UE interrogés avait également une opinion favorable l’UE cet été. En Allemagne, la popularité de l’UE a atteint un niveau record depuis plus de 15 ans que le Pew Research Center réalise des enquêtes sur ce thème : 73 % des Allemands ont une opinion positive de l’UE. Dans la plupart des autres pays membres de l’UE interrogés, les notes sont restées stables depuis l’année dernière. Au Royaume-Uni, lors de la première enquête du Pew Research Center dans le pays depuis qu’il a officiellement quitté l’UE le 31 janvier 2020, 60 % ont déclaré avoir une opinion positive de l’UE, soit 6 points de pourcentage de plus depuis l’année dernière, ce qui constitue aussi un record historique. Voici quelques autres conclusions importantes :

Les perceptions de l’économie au moment de l’enquête, ainsi que l’optimisme quant à l’avenir économique, ont influé sur les opinions à l’égard de l’UE. Les personnes qui pensaient que leur économie nationale se portait bien et celles qui s’attendaient à ce que l’économie de leur pays s’améliore étaient plus susceptibles d’avoir une opinion favorable de l’UE et d’approuver sa gestion de l’épidémie de COVID-19 que les personnes qui pensaient que l’économie allait mal ou qui s’attendaient à ce que l’économie se détériore.

Dans le cadre de l’enquête, les participants ont été interrogés sur la confiance qu’ils accordaient à deux dirigeants de pays membres de l’UE et au Premier ministre britannique Boris Johnson pour agir de la bonne manière sur la scène internationale. Les opinions envers deux de ces dirigeants, la chancelière allemande Angela Merkel et le Président français Emmanuel Macron, étaient globalement positives : une médiane de 80 % des personnes dans les huit pays membres de l’UE interrogés faisait confiance à Merkel, et 67 % faisaient confiance à Macron. Les opinions à l’égard de Merkel et de Macron étaient liées aux évaluations des performances de l’UE face à l’épidémie de COVID-19. Le Premier ministre britannique Boris Johnson a obtenu des notes un peu moins élevées de la part de ces mêmes pays de l’UE : une médiane de 36 % a déclaré avoir confiance en Johnson pour agir de la bonne manière sur la scène internationale, tandis que 59 % ne faisaient pas confiance au leader britannique.

Les personnes interrogées dans ces pays de l’UE ont largement approuvé le travail effectué par leur propre pays face à l’épidémie de COVID-19 et, dans de nombreux pays, cela était lié aux opinions favorables à l’égard des partis politiques. Par exemple, en Allemagne, les personnes qui ont déclaré que le pays avait fait du bon travail face à l’épidémie de COVID-19 étaient plus susceptibles (+50 points de pourcentage) d’avoir une opinion favorable de la CDU (l’Union chrétienne-démocrate) au pouvoir que les personnes ayant déclaré qu’il avait fait du mauvais travail. En France aussi, l’opinion des personnes quant au travail de leur pays face à l’épidémie de COVID-19 a fortement influencé les opinions à l’égard du parti En Marche au pouvoir. Dans ce contexte, la popularité de nombreux partis politiques a augmenté de manière significative au cours de l’été par rapport à l’année précédente. En Allemagne, par exemple, les opinions positives de deux des partis au pouvoir, la CDU et le SPD (Parti social-démocrate), ont augmenté respectivement de 14 et 12 points par rapport à 2019.

Comparé aux Européens qui avaient une opinion défavorable des partis populistes de droite, ceux qui en avaient une opinion favorable étaient moins susceptibles d’avoir une opinion positive de l’UE. En Suède, les partisans du parti de droite Démocrates de Suède étaient moins susceptibles (-30 points de pourcentage) d’avoir une opinion favorable de l’UE que les non partisans. Des différences à deux chiffres concernant la popularité de l’UE ont été observées entre les partisans et les non partisans de presque tous les partis populistes de droite inclus dans l’enquête. Les partisans du parti de gauche Unidas Podemos en Espagne et du Mouvement 5 étoiles centriste en Italie étaient également plus susceptibles d’avoir une opinion favorable de l’UE que les non partisans.

Dans les pays non européens interrogés, le public avait des avis mitigés sur la gestion de l’épidémie de COVID-19 par l’Union européenne. Au Canada et aux États-Unis, environ six personnes sur dix ou plus ont déclaré que l’UE avait fait un bon travail face à l’épidémie de COVID-19. Globalement, les Australiens étaient divisés en deux groupes : 46 % ont déclaré que l’UE avait fait un bon travail, tandis que 45 % l’ont jugé médiocre. Au Japon, ils étaient plus nombreux (52 %) à déclarer que l’UE avait fait un mauvais travail, contre 34 % qui pensaient qu’elle avait fait un bon travail. En Corée du Sud, seuls 19 % des personnes interrogées estimaient que l’UE avait fait un bon travail face à l’épidémie de COVID-19, tandis qu’une écrasante majorité (78 %) pensait qu’elle avait fait un mauvais travail. Malgré ces avis mitigés sur sa réponse face à l’épidémie de COVID-19, l’UE, en tant qu’institution, a obtenu des notes assez positives dans ces pays.

Ce sont là quelques-unes des conclusions du nouveau rapport qui repose sur une enquête menée en ligne auprès de 14 276 adultes, entre le 10 juin et le 3 août 2020, dans 14 économies avancées.

(En anglais uniquement)

Lire le rapport complet : https://www.pewresearch.org/global/2020/11/17/majorities-in-the-european-union-have-favorable-views-of-the-bloc/

Méthodologie : https://www.pewresearch.org/methods/interactives/international-methodology/all-survey/all-country/all-year/

Version abrégée de l’enquête : https://www.pewresearch.org/global/wp-content/uploads/sites/2/2020/11/PG_2020.11.17_EU_TOPLINE.pdf

En savoir plus sur l’opinion publique à propos de la gestion de l’épidémie de COVID-19 par l’UE : https://www.pewresearch.org/fact-tank/2020/11/17/europeans-approved-of-eus-handling-of-covid-19-this-summer-but-much-has-changed-since/

Pour de plus amples informations ou pour organiser un entretien avec les chercheurs en charge de l’étude, veuillez contacter Julia O’Hanlon à l’adresse johanlon@pewresearch.org.